samedi 25 novembre 2017

Après la RGPP et la MAP, place au CAP 22.

Vous avez aimé la RGPP (Revue générale des politiques publiques) puis la MAP (Modernisation de l’action publique), avec leur cortège de diminution de postes, les économies budgétaires, leurs multiples réorganisations et regroupements (avec pour conséquence, toujours plus de tâches avec moins de moyens), vous allez adorer le CAP 22 (Comite d’action publique 2022) mis en place en octobre 2017. A croire que RGPP et MAP n’auront servi à pas grand chose puisque ce comité qui « vise à redonner du sens, de la cohérence et de la lisibilité à l’action publique  » aura, de nouveau, pour objectifs notamment de maîtriser la dette publique (réduction de trois points de la part des dépenses publiques dans le PIB d’ici 2022 !), d’ « interroger le périmètre de l’action publique », de « mener une profonde revue des missions et dépenses de l’ensemble des administrations publiques » (lire le dossier de presse ici, sur le site du premier ministre).
Pour mener cette réflexion un comité «  indépendant » (voir infra) a été constitué. Cinq « chantiers interministériels » vont être également mis en œuvre, ainsi qu’un « comité jeunes 22 » et un « forum de l’action publique impliquant usagers et agents publics », celui-ci devant impliquer les organisations syndicales. Enfin, des « plans de transformation ministériels » sont demandés à chaque ministre (lire la circulaire correspondante). Le comité devra rendre son rapport dans un temps particulièrement court, en moins de six mois (en mars 2018).
Au fil de la lecture du dossier de presse et de la circulaire aux ministres, outre les économies budgétaires, on devine dans quel sens devrait évoluer l’action publique selon nos gouvernants : « améliorer la qualité des services publics, en passant d’une culture du contrôle à une culture de la confiance », « mettre en œuvre une profonde rénovation du cadre de gestion des agents publics et des politiques de ressources humaines (RH) conduites par l’État » (y compris le cadre statutaire), simplifier les normes, «  proposer des transferts entre les différents niveaux de collectivités publiques, des transferts au secteur privé, voire des abandons de missions » (de façon non équivoque, l’Etat prépare ainsi son désengagement !),...
La composition du comité « indépendant » est aussi révélatrice. Il comprend 34 membres. La moitié (17) sont passés par... l’ENA selon un article paru sur Mediapart le 26 octobre ! Beaucoup viennent du secteur privé ou y sont passés (c’est le cas de la plupart des hauts fonctionnaires). On n’y trouve aucun représentant du secteur associatif ou syndical ; il y a quelques élus. Une seule agence sanitaire est représentée (par la directrice de l’Agence de biomédecine). Le Président du comité est le président du conseil d’administration de Safran et ex membre de la commission de surveillance de... la Générale de santé. Des esprits chagrins pourraient être amenés à craindre que le privé dictera la future réforme de l’Etat !
Le SMISP-UNSA ne manquera pas de faire entendre sa voix dans ce processus, dans lequel il semble peu fait appel au dialogue social.


Articles les plus récents

mercredi 13 décembre 2017

RIFSEEP : le SMISP et le SPHISP interpellent la ministre.

Début 2017, au cours de nombreuses réunions avec la DRH, nous avions négocié les conditions de mise en œuvre du RIFSEEP pour les MISP, notamment les conditions de classement des postes occupés dans les différents groupes de fonctions et la reconnaissance de l’expertise. Ces (...)

dimanche 26 novembre 2017
par  Christian Lahoute

Autopsie (non exhaustive) d’une fiche de paye actuelle et future

Le point d’indice
C’est la base du traitement brut des fonctionnaires. Le montant du traitement est fixé en fonction du grade et de l’échelon. A chaque échelon est associé un indice brut et à chaque indice brut correspond un indice majoré permettant le calcul de la (...)

dimanche 26 novembre 2017
par  Christian Lahoute

MISP et médecins de santé scolaire : même combat ?

L’Académie de médecine vient de publier un rapport dénonçant « la situation alarmante de la médecine scolaire en France, qui met en grande difficulté les actions éducatives fondamentales en matière de prévention pour les enfants et les adolescents » (lire ici). Dans le constat :
« le (...)

vendredi 3 novembre 2017

EHESP : toujours plus avec encore moins !

Lors du dernier Conseil d’administration de l’EHESP du 12 octobre, où étaient présentés le budget rectificatif 2017 et des éléments du budget prévisionnel 2018, un certain nombre d’annonces ont été faites qui ne manquent pas d’inquiéter sur l’avenir de (...)

mercredi 25 octobre 2017
par  Christian Lahoute

STRATEGIE NATIONALE DE SANTE 2017 - 2022

PREALABLES
A peine nommée, Agnès Buzyn, la nouvelle ministre chargée de la santé, saisissait le 17 mai 2017 le Haut conseil de la santé publique « pour qu’il réalise, d’ici à la fin juillet 2017, l’analyse préalable de l’état de santé de la population, des déterminants (...)

Brèves

Le SMISP-Info n°7 du 24 novembre 2017 est paru

lundi 27 novembre

Le SMISP-Info n°7 du 24 novembre 2017 est paru. Au sommaire : autopsie d’une fiche de paye, le CAP 22, MISP et médecins scolaires,...
Lire le SMISP Info.

Le SMISP-Info n°6 "spécial CAP de promotion" du 10 novembre 2017 est paru

lundi 13 novembre

Le SMISP-Info n°6 - 2017 du 10 novembre "spécial CAP de promotion" vient de paraître. Il n’est pas édité sur notre site mais peut être obtenu auprès de votre délégué SMISP-UNSA.

Le SMISP Info n°5 du 18 octobre 2017 est paru

mercredi 25 octobre

Au sommaire  : faire valider une qualification en santé publique, la stratégie nationale de santé 2017-2002, revalorisation statutaire : « en marche » mais au ralenti.
Lire le SMISP Info n°5 2017.

Le SMISP-Info N°4 du 22 septembre 2017 est paru

jeudi 28 septembre

Le SMISP-Info n°4 du 22 septembre 2017 est paru. Au sommaire : membres du nouveau conseil syndical, dernières nouvelles sur le DPC et la qualification, chronique d’une mort annoncée (suite).
Lire le SMISP Info n°4-2017.

Le SMISP-Info n°3 - 2017 est paru

jeudi 7 septembre

Au sommaire notamment : ce qu’il faut savoir pour les promotions 2018.
Lire le SMISP-Info n° 3 - 2017.