samedi 11 juin 2016

Avancées sur notre doctrine d’emploi.

Élections en ARS. VOTEZ … VOTEZ UNSA, SMISP-UNSA


Dans quelques jours auront lieu les élections pour les instances vous représentant dans les ARS.
En complément des informations UNSA générales, voici un point sur l’avancée des dossiers plus spécifiques au MISP

PENSER L’AVENIR DU METIER

Il y a un an, nous avons rencontré Joël Blondel , le DRH et Pierre Ricordeau, le SGMAS pour leur faire part de notre inquiétude radicale sur l’avenir du corps, que la chute démographique amorcée et qui va s’accélérer rend évidente et presque palpable, tant elle s’exprime par une tension majeure sur nos agendas quotidiens. Nos interlocuteurs sont restés l’arme au pied pendant 8 mois. Il a fallu que nous rédigions un document appelant à une véritable refondation de la profession (ou alors, on assume proprement une mise en extinction du corps …), document sur lequel vous avez été consulté en novembre dernier et que nous avons transmis au SGMAS pour que la situation se débloque enfin et que le dialogue s’engage (lire le dossier).

REFONTE DU DISPOSITF DE RECRUTEMENT ET DE FORMATION

Un groupe de travail s’est réuni. Nous avons choisi de traiter l’urgence, et de donner la priorité à la refonte du recrutement et de la formation initiale en vue du concours programmé pour l’automne 2016 qui interrompt la menace inscrite dans l’absence de concours en 2015 contre laquelle nous nous étions élevés.

Nous avons obtenu un concours plus simple (une sélection sur dossier et entretien oral, pour des bac + 10 avec expérience professionnelle ...), une formation initiale axée sur les apprentissages directement opérationnels et pour les nouveaux qui n’auraient pas la qualification en santé publique, l’enclenchement d’un processus de formation permettant d’accéder à cette qualification en 3 ans après titularisation. Les nouveaux MISP stagiaires entreront en formation début janvier 2017.

OUVERTURE D’UN CHANTIER STATUTAIRE GLOBAL DE REFONDATION

Evidemment, si l’amélioration du recrutement et de la formation initiale ne peut pas nuire, il faut maintenant s’attaquer aux sujets de fond, ceux qui commandent l’attractivité du corps et là aussi, il y a urgence car nous perdons actuellement 30 à 40 MISP par départ en retraite ou quittant le secteur de la santé par an.

Nous appuyant sur la lettre de Marisol Touraine (lire ici la lettre et là la réponse de la fédération UNSA Santé / Cohésion sociale), nous avons immédiatement demandé l’ouverture d’un chantier de refonte statutaire. Une première réunion de cadrage avec le cabinet est programmée.

A notre programme, 3 axes :

- l’actualisation et la précision de nos missions, dans une logique d’adéquation mission-moyens. Nous voulons obtenir un affichage clair d’un effectif-cible global avec, en regard des missions en rapport,

- une revalorisation de notre rémunération de base, destinée à combler le fossé entre MISP et MC et PH notamment. Il s’agit de nous donner une chance d’être un peu compétitif sur un « marché du médecin » extrêmement tendu dans lequel la rémunération est un facteur clef (matériel et symbolique) d’attractivité. Nous reparlerons donc du HED et de la linéarisation de la carrière. Les astreintes font également l’objet de nos inquiétudes.

- une reconnaissance de notre positionnement scientifique et médical et sur ces points nous ne nous contenterons pas de paroles lénifiantes ni de promesses … Notre revendication porte sur le RIFSEEP : nous voulons que les primes des MISP puissent dépendre soit du niveau managérial, soit du niveau d’expertise technique. Et cela à égalité : l’expertise doit être prise en compte à la même hauteur que le management !

Nous n’oublierons pas de réclamer le règlement de la situation des anciens MIR et CSZ dont la situation est gérée d’une façon indécente.

Il s’agit, à notre sens, d’une négociation de sortie de crise. Depuis la création des ARS, notre situation professionnelle se dégrade d’année en année. Pratiquement aucune de nos revendications n’a été prise en compte. De promesses non tenues en groupes de travail alibis, nous avons l’impression d’avoir été baladés. Si de réelles avancées n’étaient pas obtenues avant la fin de cette année, nous nous réservons l’opportunité de lancer une action forte notamment quant à notre participation aux astreintes…

Par conséquent, VOTER le 16 juin pour les listes UNSA car vous votez pour le SMISP-UNSA et en votant pour ces listes, vous validez notre stratégie syndicale rappelée ci-dessus !
Ne pas voter c’est envoyer le signal du renoncement et de l’isolement. C’est accepter d’être traité comme un atome isolé et manipulable à merci.
Voter c’est affirmer une appartenance à un groupe de professionnels responsables et motivés, qui, quelles que soient ses inévitables limites, porte un projet commun et une solidarité vraie.

VOTEZ UNSA et donc VOTER SMISP-UNSA !
C’est voter pour le principal syndicat des MISP (5 sièges en CAP sur 6) qui défend nos intérêts collectifs et individuels sans relâche depuis toujours.
C’est voter pour un ensemble syndical puissant, où des syndicats autonomes représentants l’ensemble des corps de notre ministère (MISP, PHISP, Inspecteurs, ingénieurs et techniciens sanitaires, catégories B et C) sont alliés pour faire avancer de paire des revendications générales et catégorielles.


Articles les plus récents

mercredi 30 mars 2016
par  Jacques RAIMONDEAU

Un nouveau groupe de travail pour l’avenir des MISP

Il y a un an maintenant, vos représentants avaient rencontré le SGMAS, Pierre Ricordeau et le DRH ministériel, Joël Blondel afin de leur faire part de nos interrogations sur l’avenir des MISP : mise en extinction ou refondation ? le statu quo apparaissant intenable. Nos interlocuteurs, (...)

mercredi 30 mars 2016

A VOS AGENDAS

Dès à présent, marquez en rouge dans votre agenda ces deux dates : le vendredi 17 et le samedi 18 juin 2016. A ces dates se tiendront l’Assemblée générale du SMIPS-UNSA et son séminaire d’été. Après Lille l’an dernier, nous mettrons cette fois-ci le cap au sud puisque nous (...)

mardi 29 mars 2016
par  Christian Lahoute

Réforme territoriale : beaucoup d’inconnus et de nombreuses craintes, notamment en matière de veille et de sécurité sanitaire.

Le SMISP-UNSA a examiné avec attention les documents officiels préfigurant les sept ARS regroupant deux ou plusieurs anciennes régions dans le cadre de la réforme territoriale. Il s’agit d’une première approche encore très incomplète, dont il est toutefois permis de tirer quelques (...)

lundi 28 mars 2016
par  Christian Lahoute

Après les MIR, la disparition en catimini des CSZ ?

Le 22 janvier est parue une instruction « relative aux principes d’organisation des missions de veille et de sécurité sanitaire et des missions relevant des domaines de la défense et de la sécurité au sein des agences régionales de santé » (lire ici). Notre surprise a été grande à sa (...)

jeudi 26 novembre 2015

Un nouvel échec pour la santé publique : à la santé des 49000 morts annuels provoqués par la consommation d’alcool (suite).

Les craintes dont nous nous faisions l’écho dans un précédent article paru le 26 juin 2015 (lire ici) viennent juste de se concrétiser. En effet, l’Assemblée nationale vient d’assouplir la loi Evin (datant de 1991) qui encadrait notamment la publicité sur les boissons (...)

Brèves

Promotions confirmées

jeudi 7 avril

La note de service relative aux tableaux d’avancement au grade de médecin général de santé publique et de médecin inspecteur en chef de santé publique au titre de l’année 2016 est parue le 22 mars (lire ici). Pas de surprise : les collègues retenus lors de la CAP ont bien été promus.

Le nouveau SMISP Info est en ligne

mardi 5 avril

Le SMISP Info n°2 du 31 mars 20106 vient de paraître (le lire ici). Au sommaire : annonce de l’AG et du séminaire d’été du SMISP-UNSA, nouveau groupe de travail sur l’avenir des MISP, impact de la réforme territoriale, disparition des CSZ ?,...

Il y aura un concours MISP en 2016

lundi 11 janvier

Deux notes de services récentes, en date du 4 janvier 2016 (lire ici et ), relative aux calendriers des concours et examens programmés en 2016, annonce la tenue d’un concours pour le recrutement de MISP. La date de ce concours n’est pas précisée mais il devrait se tenir au "dernier quadrimestre". Les inscriptions devraient débuter à partir du mois de mars.

La note de service "mutation" est parue le 18 décembre

mardi 29 décembre 2015

La note de service relative aux opérations de mouvement 2016 pour les personnels des corps administratifs vient de paraître. Elle est consultable, ainsi que ses annexes, dans la rubrique "textes officiels" de l’intranet. Attention ce mouvement 2016 intègre les incidences des mobilités liées à la réforme territoriale  ; les agents concernés seront pré-positionnés en attendant leur nomination à la CAP (pour les MISP, celle-ci aura lieu le 22 mars). La date limite d’envoi des candidatures est fixée au 1er mars. Il n’est pas inutile de rappeler que "le recours à un agent contractuel implique toujours au préalable la publication d’une fiche de poste et une recherche active, par la structure concernée, d’un agent titulaire par la voie de la mutation ou de l’accueil en détachement. Il implique aussi que le poste en question ne peut être pourvu dans un délai raisonnable par concours".

La santé au-delà des soins : encore un effort !

mercredi 25 novembre 2015

La Société française de santé publique et plusieurs autres structures (AIDES, FNES, Elus santé publique et territoires,...) viennent de faire paraître une tribune sous ce titre. Ils constatent que l’important travail de réflexion engagé dans le cadre de la Stratégie nationale de santé qui entendait « prioriser la prévention sur le curatif et agir sur les déterminants de santé » ne s’est pas traduit dans la loi relative à la santé actuellement en fin de discussion par la représentation nationale : « ... ce texte est loin d’offrir un cadre encourageant l’adoption de politiques favorables à la santé, quel que soit le secteur (revenus, fiscalité, emploi, éducation, urbanisme, logement...) et quel que soit le niveau (national, régional, local...). Il ne permet pas de donner un cadre facilitant résolument la création d’environnements, de conditions de vie et de travail favorables à la santé, notamment en renforçant la place des collectivités territoriales dans la gouvernance territoriale  ». Le SMISP ne peut qu’approuver les termes de cette tribune (Lire ici sur le site de la SFSP).