Fonction publique : journée de mobilisation et de grève le mardi 10 octobre

lundi 9 octobre 2017
popularité : 24%

Face aux menaces qui pèsent à nouveau sur les fonctionnaires (gel du point d’indice, hausse de la CSG, retour du jour de carence,... voir l’article ci-dessous), l’ensemble des neuf organisations syndicales de la fonction publique, dont l’UNSA fonction publique, ont décidé d’un appel commun à une journée d’actions le mardi 10 octobre 2017, jour du rendez-vous salarial. Le SMISP-UNSA relaie cet appel, assez rare dans son unanimité.
Lire le communiqué intersyndical.
Mardi prochain toutes les organisations syndicales de la fonction publique appellent à une journée de grève destinée à peser sur les négociations en cours avec le Gouvernement et qui impacteront durablement les conditions de travail et le niveau de vie des agents publics.
Le SMISP-UNSA vous demande de vous joindre à ce mouvement car les enjeux sont sérieux. Le tract inter-syndical explique les motifs de la mobilisation.
Au cours du mois de septembre des rencontres avec le Gouvernement ont eu lieu. Certaines avancées sont à saluer, mais doivent être définitivement confortées. Et il faut encore obtenir des améliorations.
Ainsi sur la compensation de la hausse de la CSG …
Soulignons, tout d’abord que l’enjeu porte pour un MISP sur plusieurs dizaines d’euros (jusqu’à 200 selon nos calculs) mensuellement …
La compensation proposée par le Gouvernement reposerait sur la suppression de la Cotisation de solidarité complétée par une prime. Cette compensation serait intégrale au premier janvier 2018.

MAIS, maintenant …
Il faut obtenir la certitude que tous les MISP seront traités également, quel que soit leur employeur direct.
Il faut obtenir que la compensation soit évolutive dans le temps, c’est-à-dire réévaluée en fonction de l’augmentation de la rémunération. Sinon un différentiel se creusera progressivement pour tous ceux qui ont encore un déroulement de carrière.
Il faut obtenir que la prime de compensation donne lieu au versement de cotisation retraite.
Il faut obtenir que les futurs MISP obtiennent une mesure permettant de ne pas dégrader leur traitement à l’entrée dans le métier. Nous avons déjà assez de mal à recruter, n’y ajoutons pas une baisse de rémunération.

Pour toutes ces raisons, le 10 octobre,
Prenez contact avec votre délégué régional SMISP-UNSA, avec vos représentants syndicaux, avec votre union départementale UNSA et rejoignez le mouvement.

Vous pouvez également signer la pétition de l’UNSA fonction publique en cliquant ici.


Brèves

Une rencontre sur le NUTRISCORE

mercredi 7 février

Le SMISP ainsi que l’AMISP se sont associés au collectif rassemblé par la Société française de santé publique (SFSP) pour défendre la mise en oeuvre du Nutriscore, outil de santé publique visant à informer le consommateur sur la qualité nutritionnelle des aliments (voir ici). Une rencontre autour du Nutriscore est organisée par Santé publique France et la DGS le jeudi 15 février 2018 de 9 h. 30 à 13 h. 30 au Novotel Paris-Sud Charenton. Renseignements, programme et inscriptions à cette adresse.

Prochaine CAP

mardi 2 janvier

La CAP dite de "promotion" aura lieu le vendredi 4 mai 2018, avec une pré-CAP le vendredi 27 avril.

A vos agendas

mercredi 20 décembre 2017

Dès à présent, retenez la date du vendredi 26 janvier 2018. Ce sera celle de notre séminaire syndical d’hiver à Paris, au ministère. Au programme, en particulier, le projet de praticien de santé publique et la mise à jour de notre doctrine d’emploi.

Dernière heure

mercredi 3 mai 2017

Prolongation de la date limite pour l’inscription au concours de MISP 2017.
Un récent arrêté, paru au JO du 3 mai, prolonge jusqu’au 11 mai la date limite d’inscription au concours de MISP 2017 (voir ci-dessous).

Une nouvelle menace pour la santé publique

mercredi 12 octobre 2016

La nouvelle agence de santé publique ("Santé Publique France") vient de recevoir comme cadeau de naissance... une perte de 5 % de ses moyens financiers et humains pour 2017 alors même que les établissements qu’elle rassemble (INVS, INPES, EPRUS, ADALIS) avaient déjà subi d’importantes baisses de leurs budgets et de leurs effectifs ces dernières années. L’UNSA santé publique et le SNAPA (Syndicat national autonome du personnel des agences sanitaires) dénoncent cette mesure dans un communiqué de presse (lire ici).